Ticeduforum
Don't Miss

Enseigner les logiciels libres, une forme concrète d’éducation à la citoyenneté

Il existe des raisons très générales pour lesquelles tout utilisateur d’ordinateur doit exiger des logiciels libres : ils lui donnent la possibilité de contrôler son propre ordinateur. Avec les logiciels privateurs en effet, l’ordinateur obéit au propriétaire du logiciel – l’éditeur – et non au propriétaire de l’ordinateur. Les logiciels libres donnent également aux utilisateurs la liberté de coopérer, de vivre dans la droiture morale. Cela s’applique aux écoles comme à tout le monde. Le but de cet article est de donner des raisons supplémentaires, spécifiques au domaine de l’éducation.

Les activités liées à l’éducation (y compris les écoles) ont pour devoir de n’enseigner que des logiciels libres. En voici les raisons.

D’abord, le logiciel libre permet aux écoles d’économiser de l’argent. Il donne aux écoles, comme aux autres utilisateurs, la liberté de copier et de redistribuer les logiciels, si bien que l’Éducation nationale (ou tout système éducatif) peut faire des copies pour tous les ordinateurs de toutes les écoles. Dans les pays en voie de développement, cela peut aider à réduire la fracture numérique.

Cet argument économique évident, quoi qu’important en pratique, n’a qu’une portée assez marginale. En effet les développeurs de logiciels privateurs peuvent éliminer cette raison en offrant des copies aux écoles (mais attention, une école qui accepte un tel « cadeau » risque de devoir payer les mises à jour). Approfondissons donc la question.

Les écoles ont une mission sociale, celle de former les élèves à être les citoyens d’une société forte, capable, indépendante, solidaire et libre. Elles doivent promouvoir l’utilisation de logiciel libre tout comme elles promeuvent le recyclage. Si les écoles forment les élèves et les étudiants à l’utilisation de logiciel libre, ils continueront à s’en servir après la fin de leurs études. Cela pourra aider la société toute entière à échapper à la domination (et au racket) des multinationales.

Ce que les écoles doivent refuser de faire, c’est d’enseigner la dépendance. Ces entreprises offrent des exemplaires gratuits de leurs logiciels aux écoles pour la même raison que les fabricants de cigarettes distribuent des échantillons gratuits aux mineurs : pour rendre les enfants dépendants. Ils ne feront pas de remise à ces élèves et étudiants une fois qu’ils auront grandi et fini leurs études.

Le logiciel libre permet aux élèves et aux étudiants d’apprendre comment les programmes fonctionnent. À l’adolescence, certains d’entre eux veulent tout apprendre au sujet de leur ordinateur et de ses logiciels. Ils sont extrêmement curieux de lire le code source des programmes qu’ils utilisent tous les jours. Pour apprendre à écrire du bon code, ils ont besoin de lire beaucoup de code et d’en écrire beaucoup. Ils ont besoin de lire et de comprendre de vrais programmes que les gens utilisent réellement. Seul le logiciel libre leur en donne la permission.

Le logiciel privateur rejette cette soif de connaissance ; il dit : « Le savoir que tu recherches est un secret – apprendre est interdit ! » Le logiciel libre encourage tout le monde à apprendre. La communauté du logiciel libre rejette ce « culte de la technologie » qui maintient le grand public dans l’ignorance de son fonctionnement ; nous encourageons les élèves et les étudiants de tous âges et de toutes origines à lire du code source et à apprendre autant qu’ils veulent savoir. Les écoles qui utilisent du logiciel libre encouragent cela et permettent aux apprentis programmeurs doués de progresser.

La raison la plus profonde d’utiliser du logiciel libre dans les écoles concerne l’éducation morale. Nous attendons de l’école qu’elle enseigne aux élèves et étudiants des connaissances de base et des compétences utiles, mais ce n’est pas son unique mission. Sa mission la plus fondamentale est d’enseigner la bonne citoyenneté, ce qui inclut l’habitude d’aider les autres. Dans le domaine de l’informatique, cela signifie apprendre aux élèves à partager les logiciels. Il faut qu’on leur dise dès la maternelle : « Si tu apportes un logiciel à l’école, tu devras le partager avec les autres enfants. Et tu dois montrer le code source à la classe, au cas où quelqu’un voudrait apprendre. »

Bien entendu, l’école doit pratiquer ce qu’elle prêche : tous les logiciels qu’elle installe devront être accessibles aux élèves pour qu’ils les copient, les emportent à la maison et les redistribuent autour d’eux.

Enseigner l’utilisation des logiciels libres aux élèves et étudiants et prendre part à la communauté du logiciel libre est une forme concrète d’éducation à la citoyenneté. De plus, cela propose aux étudiants un modèle basé sur le service public au lieu de celui que prônent les magnats de l’économie. Les écoles de tous niveaux doivent se servir de logiciel libre.

Source GNU.org

Commentaire

commentaire